Lettre de Gaza (1) : plein d’hélicoptères et de F16 dans le ciel…


Depuis le début de la guerre à Gaza, je reçois les lettres d’amis palestiniens rencontrés là-bas dans ce beau pays lors de mes recherches ou encore en France, quand je les côtoyais à l’université. Certains habitent Gaza et subissent depuis plusieurs semaines cette guerre.  Chaque instant ils la ressentent dans leur chair et dans leur esprit. C’est notamment le cas de Salma.

Avec son accord, je vous propose de publier une série d’extraits des lettres où elle décrit ce qu’elle ressent : la peur, la crainte, l’impuissance, l’incompréhension, le sentiment d’abandon et d’injustice… Voilà quelques morceaux de ce quotidien sous les bombes où à chaque minute ou presque la vie peut s’arrêter, changer à jamais.  Ce sont ces lettres de Gaza qui sont autant de cris qui doivent annihiler les distances et faire prendre conscience à chacun où qu’il soit, quelles que soient ses valeurs et ses idées, que c’est une partie de l’humanité  qui meurt à Gaza…

GAZA, 28 décembre 2008.

[…]

C’est le deuxième jour du massacre qu’Israël lance à Gaza. Je vous assure que chacun à Gaza attend le moment de sa mort, personne ne sait s’il va mourir ou rester encore vivant...
Hier, le samedi 27/12/2008, à 11h30 du matin, j’étais chez moi avec mon petit frère et ma petite sœur qui étaient en train de se préparer pour aller chacun à leur école, j’arrive pas à oublier ces bruits de bombardement très fort, pour moi, ça fait 2 ans je n’ai pas entendu ces bruits, ça fait peur, c’est horrible.
Mon frère et ma sœur ont commencé à pleurer surtout quand nous avons vu la fumée des sites bombardés très près de chez nous et plein d’hélicoptères et de F16 dans le ciel.. Maman était au marché, papa était chez ma grand-mère malade, et mes autres frères étaient chacun à son travail ou à l’université… J’ai essayé d’appeler ma mère, mon père,et mes frères, mais il n’y avait pas de réseau.. il y avait tout le temps un problème de connexion…

Et notre voisine ne s’arrête pas de crier car son fils ainé est allé à son collège, qui est près des bombardements, un quart d’heure avant ces évènements!! C’est terrible de vivre ces moments surtout qu’on n’a pas d’électricité pour savoir ce qui se passe autour de nous.. En 2 heures, toute ma famille s’est regroupée dans la maison, on était tous inquiets
on pensait à tout le monde, et à nous-mêmes...
Vous n’avez pas vu les oiseaux quand il se sont enfuis, c’est triste… même Notre chat avait peur. Quand on s’est regroupé chez nous, chacun a commencé de raconter les histoires tristes:

  • mon cousin qui a 12 ans était au collège juste à coté d’un site bombardé, il a vu, comme tous ses collègues, le sang des martyrs et des blessés, il a eu peur, et dès qu’il entend les bruits des avions, il se cache en pleurant et criant… mon oncle nous a appelé à 2h du matin pour demander à mon père quoi faire pour cet enfant qui n’arrive pas à dormir.
  • Un jeune à 22 ans était dans un des sites bombardés. Tous ses amis ont été tués, ainsi que son chef, il a crié et a frappé ses joues de voir ces images…
  • et encore beaucoup d’autres histoires comme celles-là…

La nuit dernière a passé si lourdement et si lentement que personne n’a pas pu dormir… En écrivant ce mail en ce moment, je ne veux pas dire que la situation est plus calme, au contraire, elle est pire, le ciel est plein de F16 et d’hélicoptères... l’armée israélienne n’a pas arrêté de bombarder partout à chaque moment. Je vous écris maintenant, car je ne sais pas si j’aurai l’occasion de le faire après!!
[…]

Salma. 


About Fabien

Géographe. Maître de conférences à l'Université de Caen Basse-Normandie.
Tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You must be logged in to post a
video comment.